Unafo
Politiques et dispositifs publics
  • Image6
  • Image 2
  • 6
  • Image4
  • Image3
  • Mise à jour 13/12/2012 17:56:39

Accueil

21/09/2012

Hébergement d'urgence et accès au logement

Un plan d'urgence et une rallonge de 50 M€

Le collectif des associations unies, auquel nous participons, a fait la demande lors d'une conférence de presse le 19 septembre, qu'un plan d'urgence soit élaboré pour faire face aux besoins

Ce plan d’urgence vise à :
1/ décréter un moratoire sur les expulsions locatives sans relogement (avec dédommagement des propriétaires) et sur les démantèlements (sans solution) des campements d’habitat insalubre
2/ évaluer rapidement les besoins, grâce à des cellules d’urgence territorialisées sous l’égide du préfet, avec l’aide des 115, SIAO, DDCS, associations…, qui devront établir, dans la foulée, un plan d’action ambitieux
3/ à partir des besoins recensés, mettre en oeuvre des réponses dignes et adaptées, pour appliquer les principes (inscrits dans la loi) d’inconditionnalité de l’accueil et de continuité de la prise en charge :
- Création/pérennisation de places d’hébergement (le président de la République s’est engagé à créer 15 000 places supplémentaires sur 5 ans), recherche de solutions ‘’alternatives’’ transitoires, utilisation de bâtiments et de terrains disponibles et rapidement mobilisables
- Accompagnement individualisé et global des personnes, par un renforcement des équipes de travailleurs sociaux
- Renforcement des équipes mobiles, lorsqu’elles sont insuffisantes ou fragilisées, pour aller au-devant des personnes
4/ simultanément, organiser une opération massive d’accès au logement : mobilisation de tous les contingents (préfectures, Action Logement, collectivités, bailleurs), développement du conventionnement privé à vocation sociale, de l’intermédiation locative, mobilisation des logements vacants…

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, lors d’une rencontre avec le CNLE a annoncé, jeudi 20 septembre, un plan d’urgence de 50 millions d’euros pour la veille sociale, l’hébergement d’urgence et la prise en charge des demandeurs d’asile. Il s’agit, pour un premier axe, de « maintenir les capacités d’accueil existantes, de les étoffer sur les territoires les plus en tension, de privilégier l’hébergement de qualité plutôt que le recours à l’hôtel et enfin de renforcer l’accompagnement des personnes accueillies y compris à l’hôtel et dans les places ouvertes provisoirement ».

En ce qui concerne le deuxième axe : les préfets de région devront établir de façon concertée, d’ici à fin janvier, des projets territoriaux de sortie de l’hiver. Ces projets seront établis sur la base des diagnostics partagés avec l’ensemble des acteurs, l’Etat, les associations, les collectivités locales, les bailleurs, les représentants des personnes accueillies, avec des objectifs chiffrés. Ils devront notamment travailler sur des hypothèses précises : pérennisation des places hivernales, prévention des expulsions, recours aux dispositifs innovants.
Le Premier ministre pense notamment « à la sous-location, au logement adapté, accès direct au logement de droit commun via la mobilisation des contingents de logements sociaux et le recours à l’accompagnement social pour éviter le retour à la rue. ».

La position de l’Unafo
Nous ne pouvons que nous réjouir de l’annonce du Premier ministre qui met en place à la fois des mesures d’urgence et les moyens de mobiliser des capacités d’accueil au sortir de l’hiver. Le secteur du logement accompagné y contribue déjà fortement notamment dans les zones tendues. Nous allons poursuivre les travaux de notre groupe de travail consacré à la question des attributions et réservations, pour faire le point sur les enseignements de la campagne précédente de sortie d’hiver et faire des propositions.

© 2012 - Unafo - Union professionnelle du logement accompagné